Le site Ndouné

Le site Ndouné

Toute l’actualité en temps réel | Analyses et infos sur l'actualité : Tchad - Afrique - International


Combien de temps encore les tchadiens souhaiteront-ils bonne et heureuse année à Idriss Deby et à celle d’Itno, insolents propriétaires du Tchad ?

Publié par Ndouné sur 21 Décembre 2011, 01:46am

Catégories : #Politique

Deby photo france24Voici  donc le mois de Décembre, le dernier de l’année 2011, mais aussi celui  des vœux pour le compte de l’année nouvelle qui s’ouvrira à sa clôture. Si tous les Tchadiens, comme partout au monde,  s’activent à l’heure qu’il est à s’adresser mutuellement des vœux pour une formidable  année 2012, il est sûr qu’Idriss DEBY Itno et toute sa famille recevront  des lettres et cartes de vœux plus empressées et plus scintillantes les unes que les autres. Pour tout dire, des lettres et des  cartes qui  leur souhaiteront certainement  de régner encore plus tranquillement durant l’année 2012 sur le Tchad. Mais seront-elles toutes sincères ? C’est là une autre histoire. Deby, restera t-il toujours président en 2012 ? En tout cas, tous ceux qui  souhaiteraient que l’année 2012 soit meilleure – pour le  Sultan et les siens -  que celle qui arrive à son terme ne devraient  tout de même pas oublier que ce monsieur et sa famille règnent sur le Tchad comme aucune tête couronnée ou aucune famille royale ne pourraient se le permettre nulle part au monde. A regarder de près, le Tchad n’est pas moins  qu’une propriété privée commune pour les oncles, frères, sœurs, fils, nièces, neveux, beaux fils et beaux frères d’Idriss DEBY Itno. Pour ceux qui en douteraient, ou n’y auraient jamais prêté attention, voici un petit tour d’horizon -  dressé  il y a quelques mois par Tchadanthropus -  des cercles concentriques du pouvoir au Tchad  mis en place par un Sultan de pacotille sur  un mode ethnocentrique unique au monde!

Nul n’ignore, tant au Tchad que partout en Afrique, qu’Idriss DEBY n’est pas un simple président d’une république. Il est aussi Sultan. Sultan d’Amdjaress,  une féodalité qu’il a créée  ex nihilo au Tchad pour l’offrir  à son demi-frère Timane Deby, mais  lui en a retiré la couronne  quelques temps plus tard sur un coup de tête, et  se l’est posée sur la tête.

Cela explique-t-il que cet ancien putschiste, Président à vie, au surplus auto couronné  Sultan,  gère  le Tchad -  pourtant  République moderne -  comme un vulgaire oued du désert, ou comme un simple village de brousse?

Quoi qu’il en soit, Idriss DEBY a offert toutes les manettes du pouvoir à ses oncles, frères, fils, neveux, beaux fils et beaux frères au grand dam de la société civile Tchadienne qui n’en décolère pas.

Illustration :

Trois des frères de même père et de même mère du tyran sont bien campés dans le sérail : Notamment Saleh DEBY Itno qui est le coordonnateur du Bureau de la Fiscalité Pétrolière, autrement dit l’homme qui gère directement le pétrole Tchadien. Si DAOUSSA Deby Itno, son autre frère,  est ex ambassadeur du Tchad en Libye, gère la SNER – société des Deby qui s'accapare près de 70% des parts de marché des travaux publics au gré-à-gré,  OUMAR DEBY Itno, le troisième, lui, est tout simplement le directeur général de la DGSSIE, la police secrète et politique du Tchad.

Deux de ses propres fils occupent des postes hautement stratégiques : Zakaria Idriss DEBY Itno, qui avait été directeur adjoint du cabinet civil de la Présidence de la république, est depuis pratiquement deux ans le directeur général de Toumaï Air Tchad, la compagnie nationale de transport aérien. Quant à Mahamat Idriss DEBY Itno, il n’est pas moins que le commandant du Groupement Blindé chargé de la sécurité de la présidence de la république.

En plus de ses enfants, Idriss DEBY Itno a placé une multitude de ses neveux dans la gestion des affaires de l’Etat :

Le Directeur général des Impôts, Oumar Mahadjirin Dahabay Itno, n’est autre que  le fils du frère aîné du dictateur. Autres neveux du sultan placés sur le haut du panier de  l’appareil de l’Etat : Idriss Brahim Mahamat Itno, Trésorier Payeur Général. Abbas Mahamat Tolli, Ex secrétaire général de la Banque des Etats de l’Afrique Centrale, actuellement ministre des travaux publics. Hassan Sandal Mahamat Itno, directeur du Génie Militaire et Incendie. Djouma Youssouf Mahamat Itno, Fournisseur de l’Armée Nationale Tchadienne. Siddick Timan DEBY, Directeur de la réserve stratégique. Ousmane Bahar Mahamat Itno – général de brigade – 2ème adjoint du Directeur général de la police Politique, la DGSSIE. Hamada Mahamat Youssouf Itno, 1er adjoint du chef d’état major des Armées. Bokhite Bahr Mahamat Itno, Gardien officiel des Chameaux. Sans oublier Abderaman Hassan Mahamat Itno, alias Bedey, qui collectionne tous les marchés occultes du pays.

A cet échantillonnage édifiant de frères, de fils et de neveux, le Sultan s’ajoute des beaux frères, beaux pères  et beaux fils : Daoud Hamit Dogou, beau fils,  Directeur général de la BCC, l’une des banques les plus florissantes du Tchad, tandis que le général de division Tahir Erda – époux d’une des filles du Sultan -  est chef d’état major de l’Armée de terre. On pourrait difficilement gommer de cette liste Mahamat Saleh Brahim, oncle d’Idriss DEBY, qui est gouverneur de l’Ennedi,   Abderahim Mahamat Acyl, neveu du beau père présidentiel, qui est Directeur administratif et financier du Ministère de l’Education, ou encore Daafm Hamid Erda Teyro, autre beau fils de DEBY, qui gère exclusivement le ministère de la santé.

Il faut dire aussi que ce ne sont pas seulement les membres de la famille nucléaire du despote qui sont assis sur Le Tchad. On  y retrouve aussi, pêle-mêle des parents proches ou plus ou moins éloignés qui n’ont pas été laissés sur le bord de la route : Ainsi, comme inamovibles conseillers spéciaux chargés de mission à la Présidence de la République, on connait : les généraux Oumar Bahar, Hissein Youssoubo, Herityera , Kessou Oumé Dindima, gendre de Daoussa, ex directeur général de BNF, actuel directeur des Douanes (Voir Vidéo) ou Mahamat Saleh Brahim qui sont en fait des parents éloignés, mais en réalité de véritables gardiens du temple.

Sur le champ  diplomatique, un frère, un beau père et un beau fils du Sultan représentent le Tchad dans trois pays très importants pour le régime : Aux USA, c’est le beau fils Mahmoud Adam Béhir, au Soudan, c’est le beau père Mahamat Abderahim Acyl, et en Libye, son propre frère Daoussa DEBY Itno – qui veille de près.

Pouvait-on soupçonner que les filles et femmes de la famille seraient maintenues loin du gâteau national à dévorer ? Que non, puisque Mme Hinda DEBY Itno, épouse et Première Dame officielle est secrétaire particulière à la Présidence de la république  - avec un traitement mensuel de 500 millions de FCFA – Amira Idriss DEBY Itno, la fille,  est le No 1 des fournisseurs de La Présidence de la République,  tandis que  Zara Brahim Mahamat Itno – nièce -   est conseiller technique aux affaires économiques, financières et budgétaires à la Présidence, Haïga Deby, sa sœur, chargée des affaires occultes, est la principale a raffé tous le domaine des transitaires au Pont N’Gueli.

 Ces trois excellences sont des femmes directement impliquées dans les affaires, car à côté, il y a  le ban très discret des épouses du Président Sultan qui se limitent et se contentent de  jouir tranquillement d’un traitement que certains trouveraient faramineux, mais qu’en haut lieu on estime « raisonnable ». Ainsi, Anda Ali Bouye, Souad Zackaria Abdallah, Haoua Toldjeitchou, Hadje halime DEBY, Achouack Oumar et Zina Wazina, constituant le harem d’Idriss DEBY Itno,  touchent un traitement mensuel de 50 millions de FCFA dans un pays où le salaire minimum surfe autour de 40.000 FCFA !

 Voila donc une petite idée de la famille DEBY et des fratries Itno dans leur gestion échevelée d’un pays qui appartient à tous les Tchadiens, mais sur lequel ils règnent sans vergogne depuis vingt ans. Tous ces hommes et femmes ont, pour la plupart,  un niveau d’études dépassant à peine la 6è, ne s’exprimant qu’en arabe et n’ayant de comptes à rendre qu’au seul Président Sultan. (A titre d’exemple, Voir Vidéo)

Aucun Premier  ministre, ni aucun ministre ne peuvent – et n’ont aucun pouvoir – de formuler la moindre injonction à un seul d’entre eux. Ils sont au dessus de la loi, de toute sanction et de toute poursuite.

Mais ils ont en commun cette particularité d’être tous riches en centaines de millions. Le plus triste et le plus pathétique, malgré toute cette opulence factice et ce pouvoir illusoire, c’est qu’ils vivent dans la hantise permanente de l’écroulement du régime. Car le jour où Idriss DEBY tombera – et ce jour n’est pas loin Inch’ALLAH – aucun d’eux ne restera au Tchad. Personne ne les chassera, mais ils s’égailleront tous comme des oiseaux. Dans toutes les directions.

C’est pour cela que les vœux qu’ils s’envoient mutuellement à l’heure qu’il est, sont comme le souhait de gagner en 2012 une bataille de plus dans cette guerre qu’ils savent qu’ils perdront tous un jour qui, dans l’absolu, n’est guère très éloigné. Et c’est pour conjurer cette inéluctabilité qu’ils s’entre-souhaitent une bonne année 2012. Mais avec la peur au ventre.

Et ça au moins rassure tous les Tchadiens qui savent bien que la fin de toute cette boulimie de pouvoirs et d’arrogance est pour bientôt. Peut-être même en 2012. Inch ALLAH !

 

Par D.D | Ndjamena-matin

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents