Le site Ndouné

Le site Ndouné

Toute l’actualité en temps réel | Analyses et infos sur l'actualité : Tchad - Afrique - International


Communiqué de presse des Avocats de la défense dans l'affaire Habré.

Publié par Ndouné sur 11 Septembre 2014, 08:47am

Catégories : #Communiqué

Logo-site-officiel-HH.pngCOMMUNIQUE DE PRESSE

DE LA DEFENSE DU PRESIDENT HISSEIN HABRE

 

Le Tchad vient d'annoncer son refus de tout transfèrement de personnes inculpées au Tchad mais aussi d'autres personnes convoquées pour audition par les juges des CAE (Chambres Africaines Extraordinaires). En effet, le Doyen des juges d'instruction a pris une ordonnance rendue publique le 3 septembre 2014 concernant des personnes inculpées ou convoquées par les juges de la chambre d'instruction des CAE dont certaines sont en attente de transfèrement à Dakar depuis de longs mois. En outre, le juge d'instruction tchadien a décerné des non lieux libérant ainsi certaines personnes et envoyant d'autres devant la Cour Criminelle Tchadienne, pour y être jugées en octobre 2014.

C'est un tournant important dans la mission de juger des CAE, le Tchad ayant pris sur lui d'ignorer ses obligations découlant de l'accord de coopération judiciaire signé entre lui et le Sénégal. Mais aussi et surtout, les autorités tchadiennes par cette option radicale, tournent définitivement le dos aux CAE. Autant dire que la mission de ces dernières et lAccord de Coopération Judiciaire signé entre le Tchad et le Sénégal sont vidés de toute substance puisquils visaient à poursuivre un ensemble de personnes présumées responsables de prétendus crimes commis sur le territoire tchadien.

En optant pour une nouvelle démarche indépendante de celle du Gouvernement sénégalais et ses CAE, en ignorant le processus pseudo judiciaire en cours, les autorités tchadiennes ont décidé d'agir seules et distinctement, voire même contre la mission octroyée aux CAE car, il est incontestable que ces dernières n'ont aucunement prévu ni admis que des personnes soient jugées à Dakar et d'autres à Ndjamena par la justice tchadienne.

Cette pantalonnade du régime DEBY est-elle étonnante ? Non ! Car dans leurs rapports totalement déséquilibrés avec le régime Deby, les juges des CAE et le Procureur Général se sont totalement fourvoyés dès le départ. Ils ont toujours passé sous silence les difficultés quils rencontraient dans le déroulement de leurs activités en terre tchadienne. Ce silence volontaire et organisé avait pour objectif d’éviter que lopinion prenne conscience du fait quils cherchaient désespérément à saccommoder et à enjamber tous les écueils qui réduiraient à néant l'organisation dun procès judiciaire digne de ce nom, à cacher les contours d'une farce judiciaire qui se limitait en fait, comme nous l'affirmions depuis la création des CAE et sur mandat de l'UA, à une traque politique ne visant que le Président HABRÉ. Ceci pour rester dans la feuille de route politique tracée par le régime du Président Macky SALL, c'est-à-dire tenir un procès coûte que coûte, sans aucun souci pour les exigences d'ordre juridique et judiciaire.

C'est dans ce sens qu’astucieusement, l’attention des journalistes a été fixée et bloquée, en quelque sorte, sur les deux personnes souvent citées : M. Saleh Younouss et M. El Djonto. Il faut savoir que ces personnes ne sont, en aucun cas, plus impliquées ou plus responsables que d'autres. Du reste, les juges des CAE sont totalement incapables de situer leurs responsabilités par rapport à des faits précis. Le curseur de l'ONG HRW s'est arrêté sur eux, dans l'espoir que ces personnes soient lâchées par le régime de Deby tout simplement... Lire la suite du communiqué en format DOC en cliquant ICI.

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents