Le site Ndouné

Le site Ndouné

Toute l’actualité en temps réel | Analyses et infos sur l'actualité : Tchad - Afrique - International


France • Sarkozy récolte ce qu’il avait laissé faire contre Chirac

Publié par Ndouné sur 5 Juillet 2014, 06:48am

Catégories : #Justice

Pour la deuxième fois dans la Vè République, un ancien chef de l’Etat a maille à partir avec la justice française,  et la presse – surtout celle à scandale – s’en donne à cœur-joie. Il s’agit bien de Nicolas Sarkozy qui, pour l’heure crie à l’acharnement judiciaire, oubliant qu’il avait laissé faire la même chose contre son prédécesseur Jacques Chirac qui ne s’en est jamais remis.

Sarko---dossiers-judiciares---Afp.jpgOn avait bien vu Jacques Chirac humilié et ballotté par une juge pugnace qui s’était offert le malin plaisir de lui coller deux ans d’emprisonnement avec sursis au lendemain de sa sortie de l’Elysée, au terme de déshonorants interrogatoires.

Aujourd’hui, Nicolas Sarkozy, pour sa part, se retrouve encore plus bas dans la fosse de la déchéance : Il a carrément été gardé à vue, dans les locaux de l’Office anti-corruption, où il a été auditionné pendant plus de 15 heures par de vulgaires policiers sans galons le mercredi 2 juillet dernier. Pratiquement en mondovision !

Traqué aujourd’hui par deux femmes juges qui semblent décidées à s’offrir son scalp, pour corruption et  trafic d’influence actif, l’ancien champion de l’UMP risque au bas mot 10 ans d’emprisonnement ferme. Et du coup, le voilà qui crie à l’acharnement judiciaire.

Mais il faut dire que si l’ex président de la République française a la dent particulièrement dure contre la justice de son propre pays, c’est bien parce que son inculpation repose essentiellement sur des écoutes téléphoniques de ses conversations téléphoniques. En somme un viol pur et dur de sa vie privée.

C’est ce qui fait hurler de rage sa famille politique qui s’est crue en droit de crier au lynchage politique à la seule fin d’empêcher Nicolas Sarkozy de se présenter à la prochaine élection présidentielle.

Malheureusement, Nicolas Sarkozy ne sortira pas d’aussitôt de l’auberge, car il a quatre autres gros dossiers  – ne datant pas d’aujourd’hui – qui lui collent toujours aux basques.

D’abord le fameux dossier Béttencourt, dans lequel il est accusé d’avoir abusé de la faiblesse de la vieille milliardaire Liliane Bettencourt, propriétaire de l’OREAL,  pour lui extorquer de l’argent dans le financement de sa campagne électorale de 2007. L’affaire suit toujours son cours devant la justice, et Eric Woerth, ancien trésorier de l’UMP, a été traduit en correctionnelle pour répondre des sommes d’argent qui lui avaient été remises en liquide par Patrice de Maistre, homme de confiance de la vieille dame,  qui – pour sa part - ne sait même plus si elle avait donné l’ordre de mettre ces sommes à la disposition de l’UMP.

Il y a ensuite l’épineux dossier du financement de la même campagne présidentielle 2007 par Mouammar Kadhafi tant dénoncée par les proches du défunt guide libyen, mais pas encore jusqu’ici effectivement établie. Des juges enquêtent toujours depuis 2013 sur ce dossier, et c’est même dans la recherche des preuves sur cet éventuel financement illicite qu’ils avaient placé Nicolas Sarkozy sur écoute, de même que plusieurs de ses anciens proches collaborateurs tels : Claude Guéant, Brice Hortefeux, ou encore Pierre Gaudin, ancien directeur de la Police nationale.

C’est l’exploitation – il faut le dire illégale – des conversations téléphoniques entre Nicolas Sarkozy et ses proches qu’une information judiciaire a été ouverte pour « violation du secret de l’instruction » et « trafic d’influence »  car on soupçonne l’ancien président de la République d’avoir tout fait pour connaitre la teneur de la décision judicaire qui devait être rendue pour l’affaire Bettencourt.

Autre épée de Damoclès pendue au dessus de la tête de Nicolas Sarkozy : le fameux dossier Bygmalion, relatif, lui aussi au financement de la campagne présidentielle de 2007. Ce dossier, absolument actuel est l’objet de la curiosité de trois juges financiers ayant été saisis par le parquet de Paris pour faire toute la lumière sur les comptes de la campagne électorale 2012 pour le compte de laquelle on soupçonne la société Bygmalion d’avoir surfacturé ses prestations pour masquer 1è millions d’euros qui auraient été payés en espèces en violation des dispositions réglementaires en matière de financement des campagnes électorales. Cette affaire révélée au mois de mai 2014 c’est celle du dépassement des frais de campagne du candidat Sarkozy. Elle st pendante, et s’il y en a un qui y a déjà laissé des plumes, c’et bien Jean François Copé. Elle demeure tout de même pendante.

A ces affaires connues de tous, s’ajoutent aussi  le fameux dossier Karachi qui a trait au financement de la campagne d’Edouard Balladur en 1995 à travers des rétro-commissions qui auraient été engrangées dans le sillage de la signature d’un contrat d’armement avec l’Inde. Dans ce dossier encore pendant devant la Cour de Justice de la République, Nicolas Sarkozy, à l’époque ministre du Budget dans le gouvernement Balladur, Edouard Balladur lui-même, et François Léotard demeurent prévenus.

On pourrait aussi citer la tonitruante affaire de l’arbitrage de l’affaire Bernard Tapie et le Crédit Lyonnais suite à la vente de la marque Adidas qui, susurre-t-on sur ordre de Nicolas Sarkozy, avait rapporté 403 millions d’euros à Bernard Tapie. Cinq personnes demeurent encore à ce jour mises en examen dans ce dossier, dont Claude Guéant, Bernard tapie, Nicolas Sarkozy – à l’époque ministre de l’intérieur -  ou encore celle des 300 sondages de l’Elysée où l’on reproche à Nicolas Sarkozy d’avoir eu recours à l’expertise de neuf instituts de sondages sans que ceux-ci aient sacrifié a un quelconque appel d’offre.

Pour tout dire, acharnement judiciaire pour l’empêcher de se présenter à la prochaine présidentielle ou pas, il est clair que l’avenir de Nicolas Sarkozy n’est pas sans nuages.

Mais ce que beaucoup d’observateurs ne manquent pas de penser – et même de conclure doctement – c’est que Nicolas Sarkozy expérimente aujourd’hui à ses propres dépens le sort de Jacques Chirac après sa sortie de l’Elysée. Mis en examen pour détournements de fonds publics par – déjà – une juge (Xavière Simeoni) dans une affaire visant des emplois présumés fictifs du temps où, 12 ans plus tôt il était encore maire de Paris.

Beaucoup de personnes avaient pensé qu’après sa sortie de l'Elysée, l'ancien de l'Etat allait être tranquille sur le plan  judiciaire. L'ancienneté des affaires qu’on lui imputait, son statut d'ancien président de la République, et surtout le soutien qu’il avait négocié avec Nicolas Sarkozy, auraient dû le mettre à l’abri de tout ennui judiciaire. Certes, il savait qu'il pourrait être entendu par la justice, mais ne point être mis en examen.

Pourtant Nicolas Sarkozy n’a rien fait pour éviter l’humiliation à son prédécesseur. Beaucoup ont même pensé sérieusement qu’il y tenait, puisque certains proches de Nicolas Sarkozy avaient parlé en sourdine d’un éventuel soutien du nouveau président de la république qui ne pourrait être conditionné que par « la volonté de Chirac de tirer l’affaire clearstream au clair ».

Une affaire, on s’en souvient qui avait faille coûter la carrière politique à Nicolas Sarkozy à la veille de la présidentielle de 2007, et pour laquelle il tenait à se venger.

De là à déduire que Nicolas Sarkozy avait laissé Chirac dans la tourmente, il n’y a qu’un pas que bon nombre d’analystes ne se sont pas privés de franchir. Mais tout de même, avouons que si c’était en Afrique que l’on malmenait des présidents de la république fraichement sortis des affaires, les éternels donneurs de leçons universels de l’Occident n’auraient pas manqué de hurler à l’indécence, ou même de constituer des avocats pour débarquer ici chez nous défendre une prétendue dignité. Mais comme ça se passe là bas, y a rien à dire.

Par D.D | Ndjamena-matin

-----------

Image : INFOGRAPHIE] Les principaux dossiers judiciaires susceptibles de gêner Nicolas Sarkozy - Source : AFP

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents