Le site Ndouné

Le site Ndouné

Toute l’actualité en temps réel | Analyses et infos sur l'actualité : Tchad - Afrique - International


L'Egypte connaît son plus important jour de mobilisation sans précédent

Publié par Ndouné sur 8 Février 2011, 21:33pm

Catégories : #Afrique

La contestation contre le président égyptien Hosni Moubarak est encore montée d'un cran, mardi 8 février, avec de nouvelles manifestations, qui ont réuni des centaines de milliers de personnes au Caire et en province. Il s'agit des manifestations les plus importantes depuis le début du mouvement, le 25 janvier.

1477130_3_50b4_manifestations-sur-la-place-tahrir-mardi-8.jpgAu Caire, la place Tahrir, épicentre de la révolte, était noire de monde. La mobilisation ne montrait aucun signe d'essoufflement malgré les nuits fraîches, la fatigue et les conditions de vie spartiates sur ce rond-point devenu un village de tentes retranché.

 

"VOUS ÊTES LES HÉROS"

 

La foule a réservé un accueil triomphal au cybermilitant et cadre de Google Wael Ghonim, libéré lundi après avoir passé douze jours "les yeux bandés" aux mains des très redoutés services de sécurité d'Etat. "J'aime à appeler ça 'la révolution Facebook', mais après avoir vu les gens ici, je dirais que c'est la révolution du peuple égyptien. C'est formidable", a lancé le jeune homme, entouré par des milliers de manifestants. "Je ne suis pas un héros, vous êtes les héros, c'est vous qui êtes restés ici sur la place", a-t-il ajouté.

 

Le cybermilitant et cadre de Google Wael Ghonim.

Le cybermilitant et cadre de Google Wael Ghonim.AP/Ahmed Ali

 

D'après des photographes de l'AFP présents place Tahrir, le nombre de manifestants a dépassé celui des rassemblements précédents. Des milliers de personnes étaient également présentes devant le siège du Parlement. Selon des témoins à Alexandrie, il en était de même dans la grande ville du nord du pays. Des dizaines de milliers de manifestants ont aussi défilé dans les villes de Minya, Sohag et Assiout.

"Aucune de nos demandes n'a été entendue", a expliqué Mohammad Nizar, un manifestant cité par l'AFP. "Ils ont annoncé une augmentation des salaires. Ils essaient de nous leurrer. C'est un pot-de-vin politique pour réduire le peuple au silence", dit-il, ajoutant que le "peuple ne faisait pas confiance au gouvernement" formé la semaine dernière.

 

"Aucune de nos demandes n'a été entendue", a expliqué un manifestant, place Tahrir, mardi 8 février.

"Aucune de nos demandes n'a été entendue", a expliqué un manifestant, place Tahrir, mardi 8 février.AFP/PEDRO UGARTE

 

 GAGES D'OUVERTURE

 

M. Moubarak, 82 ans et depuis presque trente ans à la tête de l'Etat, a créé une commission en vue d'amender la Constitution, dans le cadre du "dialogue national" entamé dimanche entre le pouvoir et l'opposition dont, pour la première fois, les Frères musulmans. La loi fondamentale égyptienne assure en effet un système concentrant les pouvoirs entre les mains du président, aujourd'hui fortement contesté.

Lundi, les autorités ont promis une hausse de 15 % des salaires des fonctionnaires et des retraites à partir du 1er avril. Elles ont aussi demandé la formation d'une commission d'enquête sur les violences du 2 février place Tahrir, où des affrontements meurtriers ont opposé partisans du régime et opposants à M. Moubarak. Mais les mesures politiques — y compris l'annonce le 1er février du président qu'il s'effacerait à la fin de son cinquième mandat, en septembre — n'ont pas apaisé la colère des manifestants... Lire la suite sur Le Monde.fr.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents