Le site Ndouné

Le site Ndouné

Toute l’actualité en temps réel | Analyses et infos sur l'actualité : Tchad - Afrique - International


La crise économique et sociale au Tchad : Panique du Palais après la mort de Kadhafi

Publié par Ndouné sur 27 Octobre 2011, 18:28pm

Catégories : #Opinion

La Debyfole après Kadhafi

Mahamat-Hassane-Boulmaye.jpgL’an 2011 de l’ère chrétien, le  jeudi 20 octobre, reste une date mémorable de l’histoire politique d’Afrique contemporaine. « Le Roi des Rois d’Afrique », est devenu fossile et ses restes nourriront le désert libyen. Les vidéo qui circulent sur la toile et diffusées par les chaines de télévision, marqueront sûrement, les esprits de ceux qui gouvernent mal, par la force et sous la protection de leur Mouammar. Ce despote hautain, arrogant vis-à-vis de son peuple, et imam des dictateurs africains, avait, au vu du monde entier, traité des rats les révoltés de Benghazi et Misurata et qu’ils seront rasé « Zinga-Zinga », se retrouve lui-même, dans un trou à rat. Il fini au comble de la honte et de l’humiliation. C’est un signal ! Et nous croyant musulman diront, à cet effet, Allahou Akbar !

 La fin du guide aura des répercussions sur ses voisins ; et particulièrement le Tchad.

La politique hégémonique et d’influence sur le Tchad ; du colonel Kadhafi, a eu des périodes propices de 1990 à sa chute. Il a réussi à imposer son valet au pouvoir, au Tchad. Idriss Deby durant tout son règne n’à œuvrer que pour lui, son clan et Kadhafi son protecteur ; sans quoi, il serait lui même  tomber. Par conséquent, il s’est évertué d’envoyer des mercenaires à Tripoli, pour réprimer les insurgés en appui à Kadhafi, comme il avait l’habitude de faire librement au Tchad ; et en complicité avec certaines puissances, au Togo, au République Démocratique du Congo, au Niger vers, les années 90…J’en passe.

Cependant, l’ONG CRISIS GROUP, visible seulement sur internet, vient de publier, encore une fois de plus, un rapport d’expertise politique sur le Tchad. Le contenu est vrai et absolument objectif ; mais, la lecture de menu calme-t-elle la faim ? Donc, on peut affirmer que CRISIS GROUP a publié un rapport escamoté ; nous tchadiens et tchadiennes, demandons tout simplement une alternance démocratique et des vrais élections au Tchad. L’opposition politique a exigé et exige toujours, un forum national, réunissant l’ensemble des organisations politiques et de la société civile ; à l’issue de cette conférence de paix et de réconciliation nationale, sera mise en place un gouvernement de transition avec un premier ministre doté constitutionnellement d’un large pouvoir ; ce gouvernement de transition aura pour principale mission, l’organisation des élections libres et transparentes. Ceci, est un schéma résumé de sortie de crise, sans effusion de sang et pacifique. CRISIS GROUP aurait dû mener une action concrète dans ce sens. Ce que vous dites est vrai ; mais qu’avez-vous à proposer comme solution de sortie de crise, après la chute de Kadhafi ? Vos propositions antérieures ne répondent pas à la réalité politique du Tchad ; les accords du 18 août 2007, auxquels vous faites référence, sont caduques.

Nous tchadiens et tchadiennes avions aussi besoin de la communauté internationale, comme les tunisiens, les égyptiens et les libyens ; pour restaurer la démocratie et les libertés au Tchad. Le prétexte selon lequel, les opposants sont divisés, n’est qu’une fuite en avant. Les divergences politiques, éléments importants de la vie démocratique, si non on n’a pas besoin, de ce système politique.

La crise économique, sociale et financière a atteint son paroxysme au Tchad. La vie des citoyens lambda est dure ! La hausse des prix des denrées alimentaires, la baisse du pouvoir d’achat, la baisse des exportations et importations…Sont  les effets, de la crise économique. Quand à la crise financière les constats sont là ; l’Etat n’arrive pas à financer ses dépenses, les caisses de l’Etat sont vides, les dettes sont impayées et les salaires tombent à compte-goutte. Le peuple tchadien mène une vie effroyable sous ITNO 1er, l’empereur qui s’accapare de la République du Tchad.

En vérité, les tchadiens et les tchadiennes seront sûrement unis, pour renverser Deby Itno 1er ; si l’occasion démocratique et pacifique se présente.

 

Mahamat HASSANE BOULMAYE

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents