Le site Ndouné

Le site Ndouné

Toute l’actualité en temps réel | Analyses et infos sur l'actualité : Tchad - Afrique - International


La fermeture de la raffinerie de Djarmaya : Le prix de la Navigation à vu

Publié par Ndouné sur 23 Janvier 2012, 02:55am

Catégories : #Opinion

Raffinerie_du_Tchad_photo-montage_journaldutchad.com.jpgDepuis la fermeture par Idris Deby de la raffinerie de Djarmaya, des fleuves d'encre ont rempli les pages de l'internet tant sur les cites Tchadiens arabophones que francophones.

La fermeture de ce gigantesque projet, est la conséquence inéluctable de l'improvisation, de la navigation à vu et du désordre indescriptible que vit le Tchad.

Le Tchad de Deby, ignore les études, la planification et la stratification des projets .Tout se fait grâce à la volonté du dictateur et comme il est sourd muet et aveugle, les actes qu'il entreprend ne peuvent finir que de la façon où ils ont commencé. Un ami me disait il ya quelques années, que même si on désignait des Anges comme conseillers à Deby, au bout de deux mois ils seront des cancres. Il n'a pas tort.

En effet, en 1974, le conseil exécutif du MNRCS avait demandé au Ministre de l'économie et des finances Abdoulaye Lamana de lui faire une étude sur l'installation d'une raffinerie pour traiter le pétrole de Sidigui au Kanem qui semblait être du pétrole Africain donc léger.

Le rapport du ministère était sans appel. Le pétrole traité au Tchad se vendrait plus chère que celui importé du Nigeria; car n'ayant pas des infrastructures pour transformer les sous produits pétrolier qui générerait le raffinage, il y aurait des pertes énormes que rien ne peut le compenser. Par exemple le Gaz qui partirait en l'air parce qu'ont aurait pas installer une industrie de récupération. Le raffinage du pétrole sur place serait la seconde phase d'une économie naissante. Ça veut dire, avant que le pays ne commence sont industrialisation, il ne peut pas raffiner du pétrole sur place sous peine de le vendre plus chère que s'il l'importait ou alors il doit le subventionner.

Le Sultan Deby qui n'a pas le temps d'écouter un conseillers moins encore le temps de lire un rapport, sont choix idyllique étant porté sur les femmes et l'alcool, il ne peut refléter que l'image que lui a décrit son ancien directeur du cabinet dans la livraison du Tchadactuel du 20 Janvier courant. Il était génial.

L'insatiabilité endémique du Sultan Deby, lui aurait conseillé de procéder ainsi avec les chinois pour obtenir quelque chose à placer sous la dent. Que les Tchadiens achètent chère l'essence ce n'est guère la préoccupation de Deby. L'opération consisterait à un forcing pour soutirer un bénéfice particulier et personnel point .Il a déjà ainsi procéder avec les pétroliers de Doba en vilipendant des ministrons qu'il a menacé de les traduire en justice et qui ont fini comme toujours conseillers à la présidence ou à nouveau des ministres comme si rien n'était. Ainsi va le Tchad.

Dans quelques jours les chinois seront de retour en force et l'essence se vendrait plus chère que le prix déjà proposé. Le président Oumar El Béchir Grand amis des chinois et Parain du Sultan ARIS et de la reine mère Amani, pèserait de son poids pour que tout reprendra y compris le retour du même directeur de la raffinerie congédié. Attendons et voir.

ABOULANWAR

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents