Le site Ndouné

Le site Ndouné

Toute l’actualité en temps réel | Analyses et infos sur l'actualité : Tchad - Afrique - International


Le parcours politique de Kamougué

Publié par Ndouné sur 14 Mai 2011, 15:58pm

Catégories : #Opinion

Kamougue2-copie-1Kamougué Héros National ???
Il y a belle lurette que Kamougué n’est plus considéré comme le Lion du Sud comme le prétend certain.
Il est toujours désagréable de dire la vérité sur un homme mort mais ce n’est nullement pour le salir mais rétablir une vérité historique pour la mémoire collective des tchadiens.
Feu Kamougué n’était pas connu avant le coup d’Etat du 13 avril 1975. Sous le régime du CSM du Général Malloum dont il était le ministre des affaires étrangères, il fut l’homme fort du régime mais à ce poste, il ne s’est nullement illustré par son patriotisme encore moins par un courage politique quelconque qui aurait permit au Tchad de tourner la page des violences politiques et ouvrir la voie à une alternance pacifique. Sans exagération aucune, la politique menée par le CSM n’avait pratiquement aucune lisibilité et la plupart de ses membres n’avaient aucune connaissance de la chose politique. Le coup d’Etat n’etait rien qu’une réaction des militaires face aux humiliations que leur faisant subir le Président Tombalbaye déçu par leur contre performance face aux forces de la rébellion nettement moins équipée et entrainée, contrairement aux FAT qui disposaient de matériel modernes et d’instructeurs français et Israéliens. Le CSM de Kamougué n’avait nullement une volonté de changer la politique menée par l’ancien régime. Ce fut du « Tombalbayisme sans Tombalbaye » : Ce fut la continuité des mêmes pratiques de préférence tribales dans les instances du pouvoir, l’administration publique, les sociétés d’Etat. On qualifiait même l’époque de « Mbaytisation » de cadres.
Les membres du CSM de l’époque (hormis quelques rares) étaient plutôt préoccupés par la nouvelle belle vie, les mariages somptueux, les boites de nuits (les jeunes de l’époque pourrons témoigner des œuvres de Kamougué au PACHA de Ndjamena), l’avion présidentiel de l’époque, la fameuse Caravelle qui ne fait que des va-et-vient entre Paris et Ndjamena transportant des cargaisons de Champagne. Les aventures malheureuses de Kamougué dans un hôtel avec une belle aux services de renseignements libyens sous les ordres de Abdelsalam Triki, qui lui a subtilisé tous ses documents de la République et un bon paquet de million de FF.
Kamougué était parmi les responsables du CSM qui était le plus opposé à la réconciliation nationale. N’eut été la pression de la France et les succès militaires de l’opposition il ne serait nullement enclin à ouvrir des négociations avec les opposants.
Kamougue viveur oui, mais homme d’Etat - n’exagérons pas.
Au moment de la guerre de 1979 à 1982 qui conduit le pays au chaos, il faut quand même faire la part des choses, Kamougue avait procédé à un véritable génocide des populations nordistes qui avaient eu le malheur de se trouver au Sud. Les assassinats avaient déjà commencé à la ligne de démarcation c'est-à-dire le Lycée Eboué où de nombreux jeunes nordistes qui se trouvaient par hasard vers Moursal avaient été froidement exécutés. Les massacres de Doba, Kouma, Bébidja, Kelo, Moundou, Sarh etc… où une véritable chasse à l’homme était lancée. Ce fut l’hécatombe. Il vous souvient certainement que des mususlmans à Sarh qui se défendaient face à l’armée de Kamougué avec des armes blanches ont été brulés vifs. Ceux qui avaient eu la chance de s’enfuir vers Kyabé à pieds ont été tous trouvés morts. Des populations musulmanes installées au Sud pendant des dizaines d’années et qui n’avaient jamais été inquiétées sous Tombalbaye ont été décimées sous Kamougué. En somme ce fut un génocidaire, il faut le qualifier comme tel. Ce serait une déformation de l’histoire que d’ériger ce criminel en héro national.
Revenons à la fameuse légende kamougué du ‘’ Lion’’ avec son comité permanent qui avait pratiquement proclamé la sécession du sud. Le président Giscard estimait que Kamougué, son comité permanent et ses FAT n’arriveront jamais à défendre le sud en cas de cession. Ils ne se sont illustrés que dans le massacre lâche des populations civiles. Ils ont été incapables de contenir l’avancée d’une poignée des combattants FAN.
Donc je suis surpris aujourd’hui d’entendre parler de Lion, du Stratège, du rempare etc…. Kamougué avait bel et bien abandonné ses troupes au sud face à la machine des Fan pour se refugier à Libreville menant une ville à la limite de la décence.
Et au bout de quelques années seulement avant que ses partisans n’eurent encore essuyé leurs larmes, le voilà qui revient se mettre à table avec Habré, occupant le poste du ministre de l’agriculture de 1986 à 1990. Les historiens remarqueront que pendant tout son parcours sa préoccupation centrale n’a nullement été le Tchad, loin de là mais la politique du ventre.
Le lion ne s’est jamais illustré sur le champ de bataille ! J’en cherche des exemples.
Plus récemment, depuis l’accession du MPS au pouvoir on ne peut nous démontrer les actes de courages politiques ou de patriotismes dont a fait preuve Kamougué. Il n’a fait qu’accompagné le pouvoir, le légitimer en prétendant représenter le sud.
De manière récurrente, chaque fois qu’il manque d’argent il boude, on l’appelle le soir à la présidence prendre son enveloppe et la java continue. De grâce n’en faite pas un héros national, encore moins un lion du Sud, c’est une image trop réductrice du sud du Tchad qui n’en a point douté comptait des grands hommes dont certains sont morts les armes à la main, d’autres dans les prisons politiques et les plus jeunes prenant le relai sans jamais faillir à leurs idéaux .Ne mélangeons pas les serviettes avec les torchons.
La dernière escapade de Kamougue était due à son départ sans ménagement du ministère de la défense dont il était plutôt figurant pour se retrouver à l’ opposition pour légitimer le pouvoir en place. Où était caché le Lion Kamougué quand le Professeur Ibni Oumar Mahamat Saleh fut assassiné ? Qu’est devenu le CNPD dont il était membre ?

M.Marcel Djimrangar

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents