Le site Ndouné

Le site Ndouné

Toute l’actualité en temps réel | Analyses et infos sur l'actualité : Tchad - Afrique - International


Mali : L’intervention de l’armée tchadienne aux côtés de la France vise à légitimer ce régime dictatorial

Publié par Ndouné sur 25 Janvier 2013, 00:27am

Catégories : #Françafrique

La faiblesse des pays de la CEDEAO a permis de justifier l’insistance de la France depuis le mois d’avril 29 pour impliquer les forces armées du Tchad, qui n’est pas membre de la CEDEAO, et dont elle fait la promotion de la qualité et de la formation. Idriss Déby dispose en effet d’une armée clanique rompue aux combats en milieu désertique même si les attaques rebelles de 2006 et 2008 auraient pu, sans l’aide décisive de la France aux troupes de Déby, le renverser.

Soldats-tchadiens---depart-pour-le-Mali-copie-1.pngLe Tchad a annoncé l’envoi de 2000 hommes, qui seront rattachés au dispositif militaire français et non à celui de la CEDEAO ! Ainsi l’opération jusqu’à ce jour française menée au Nord du Mali s’apparentera une fois les militaire tchadiens arrivés, à une opération franco-tchadienne sur le sol malien ! Outre la justification de l’opération Épervier, cela va clairement permettre de redorer à l’international l’image de ce régime dictatorial et de son armée pourtant détestables. Idriss Deby devrait à l’inverse être mis en cause par la communauté internationale notamment pour la répression féroce à l’encontre des opposants et le recrutement d’enfants soldats.

Il semble que la France ait dû user de force négociations pour que son ami dictateur putschiste Idriss Déby accepte de participer à l’intervention. Laurent Fabius en tournée françafricaine en juillet 2012, pour chercher des soutiens à la position de la France dans la lutte contre AQMI et leurs alliés, déclarait complaisamment à Ndjamena qu’« il y a un changement de président de la République, un changement de gouvernement, mais les relations d’amitiés demeurent. Le Tchad et la France, depuis très longtemps, ont des relations d’amitié, de partenariat. (...)»30 . Survie se demandait ensuite en amont de la venue du despote à Paris si cette visite officielle à Paris n’était pas une partie du prix à payer par Hollande pour obtenir cette contribution militaire tchadienne31.

Source : Survie (Lire le Document complet sur LES ZONES D’OMBRE DE L’INTERVENTION FRANÇAISE AU MALI - Eléments de contexte et d’explication )

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents