Le site Ndouné

Le site Ndouné

Toute l’actualité en temps réel | Analyses et infos sur l'actualité : Tchad - Afrique - International


Possibles raids aériens contre la Libye dans la nuit

Publié par Ndouné sur 17 Mars 2011, 21:46pm

Catégories : #International

 Un char de l'armée libyenne mercredi à Ajdabiya, dernier verrou des rebelles à 160 km au sud de leur fief de Benghazi.
Un char de l'armée libyenne mercredi à Ajdabiya, dernier verrou des rebelles à 160 km au sud de leur fief de Benghazi. Crédits photo : -/AFP

L'ONU pourrait donner dès jeudi soir son feu vert à une opération militaire. En représailles, le pouvoir libyen menace de s'attaquer au trafic maritime et aérien en Méditerranée. Les forces loyalistes «arrivent ce soir» à Benghazi a déclaré jeudi Kadhafi à la télévision.

 

7669478531_les-avions-rafale-devraient-participer-aux-opera.jpgLa Libye a mis en garde jeudi contre toute opération militaire étrangère contre son territoire. Le pays a menacé de s'attaquer au trafic aérien et maritime civil et militaire en Méditerranée. Un porte-parole du ministère libyen de la Défense cité par l'agence officielle Jana a précisié que «tout élément mobile civil ou militaire sera la cible d'une contre-offensive libyenne», a-t-il ajouté. «Et le bassin méditerranéen sera exposé à un grave danger non seulement à court terme mais aussi à long terme».

Cette annonce intervient quelques heures avant un vote prévu au Conseil de sécurité de l'ONU. Des raids aériens ciblés pourraient en effet intervenir dans la nuit de jeudi à vendredi sur des positions de l'armée libyenne, dès l'obtention d'un feu vert de l'ONU à un recours à la force, a-t-on appris de sources proche du dossier et diplomatiques françaises. Le projet de résolution pourait également imposer une zone d'exclusion aérienne pour clouer au sol l'aviation très utilisée par les forces fidèles à Kadhafi.

 

• Les forces de Kadhafi aux portes Benghazi

 

Les forces pro-Kadhafi semblent de nouveau gagner du terrain en Libye. L'armée, loyale au dirigeant contesté par les insurgés, est arrivée jeudi aux portes de Benghazi, deuxième ville du pays située dans l'est et bastion de l'insurrection depuis plus d'un mois, a affirmé la télévision d'Etat libyenne. Une information aussitôt démentie par les rebelles.

«La ville de Zuwaytinah est sous contrôle des forces armées qui sont aux portes de Benghazi», indiquait la chaîne al-Libya. Zuwaytinah se trouve à environ 150 km au sud de Benghazi, ville portuaire sur la Méditerranée où siège le Conseil national de transition, l'instance dirigeante mise en place par les insurgés. «La situation est calme à Benghazi», a au contraire assuré un porte-parole de la rébellion sur place. «Les forces de Kadhafi ont essayé de mener un raid aérien sur la ville, mais la défense anti-aérienne a repoussé l'offensive et a fait tomber deux avions», a-t-il ajouté.

 

 

 

 

Plus à l'ouest, la situation est tout aussi confuse à Misrata, troisième ville du pays, peuplée de 500.000 habitants. La télévision d'Etat a annoncé que l'armée a pris le contrôle de la ville «et la purge actuellement des gangs criminels armés». Une information également démentie par un porte-parole des rebelles, qui assure que la ville est toujours aux mains des insurgés. «Nous contrôlons toujours la ville et même ses abords. Kadhafi est en train de mobiliser ses forces à quelques kilomètres de la ville», a-t-il déclaré. Selon lui, les combats auraient déjà fait 18 morts à Misrata, dont trois civils.

Mercredi soir, le colonel Kadhafi avait annoncé que ses troupes allaient livrer jeudi «une bataille décisive» pour reprendre Misrata. «Il ne faut pas laisser Misrata otage aux mains d'une poignée de cinglés», avait lancé le colonel libyen, qui a rejeté dans une interview exclusive au Figaro tout dialogue avec les rebelles.

 

Alain Juppé à New York pour convaincre l'ONU

 

Dans le même temps à New York, les Occidentaux tentent toujours de s'accorder sur la question de l'instauration d'une zone d'exclusion aérienne en Libye. Le Conseil de sécurité de l'ONU doit voter dans la journée une résolution sur le sujet. Le texte, déposé lundi par les Français, les Britanniques et les Libanais - avec l'appui de la Ligue arabe -, prévoit notamment l'instauration d'une «no fly zone» pour tenter de clouer au sol les avions du régime de Tripoli menaçant de bombarder les civils de Benghazi, où vivent un million d'habitants.

Jeudi, la France a envoyé en urgence son ministre des Affaires étrangères Alain Juppé à New York, pour tenter de convaincre ses partenaires. «Compte tenu de l'urgence dans laquelle se trouve la population libyenne, notamment à Benghazi, Alain Juppé a décidé de se rendre à New York afin d'obtenir, le plus rapidement possible, le vote de cette résolution», indique le ministère dans un communiqué. Le ministre a affirmé mercredi que «plusieurs pays arabes» sont prêts à participer à une action militaire en Libye. Mais l'idée, soutenue par les Etats-Unis, suscite toujours les réticences de la Russie et de la Chine. L'Allemagne, l'Inde et l'Afrique du Sud ont également exprimé des réserves.

Le secrétaire général de l'Otan, Anders Fogh Rasmussen, a pour sa part estimé jeudi que «plus tôt l'ONU parviendra à un accord» sur la Libye, «mieux cela vaudra», afin d'éviter une «inacceptable» victoire de Mouammar Kadhafi. Selon lui, les attaques du régime libyen contre des civils peuvent constituer des crimes contre l'humanité. «Si Kadhafi l'emporte, cela enverra le message que la violence paye. Ce qui serait inacceptable d'un point de vue humanitaire et démocratique», a-t-il également déclaré sur le réseau social Facebook. Et de répéter : «L'Otan se tient prête à agir pour protéger la population civile des attaques du régime».

Source: Figaro.fr
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents