Le site Ndouné

Le site Ndouné

Toute l’actualité en temps réel | Analyses et infos sur l'actualité : Tchad - Afrique - International


Soudan : Washington choisit l’escalade

Publié par Ndouné sur 2 Février 2012, 02:33am

Catégories : #Enquête

Soudan-Nord-et-Sud.gifLes relations entre Washington et Khartoum sont à nouveau en voie de dégradation, après une période d’apaisement, qui visait, pour les Américains, à permettre l’accession du Sud du Soudan à l’indépendance. Mais près de six mois après la proclamation de cette indépendance, un certain nombre de vieux problèmes empoisonnent toujours les relations entre les deux pays (tracé des frontières, dispute autour d’Abyei, ressources pétrolières, soutien réciproque des mouve­ments d’opposition armés…). La diplomatie améri­caine a perdu espoir de pouvoir régler ces problèmes à court terme, à un moment où les négociations entre le nord et le sud du Soudan, par l’entre­mise de l’Union africaine, ont abouti à une impasse. De même, Washington craint que le conflit au Kordofan Méridional et au Nil Bleu fasse tache d’huile, après la constitution d’un front unifié des mouvements rebelles. En outre, la situation au Darfour risque de se détériorer à nouveau, après l’assassinat du chef du mouvement Justice et Egalité (JEM), Khalil Ibrahim.
L’accord de paix de Doha, que n’ont pas signé les trois principaux mouve­ments rebelles armés du Darfour, n’est guère appliqué à ce jour. Outre les mouvements de mécontentement populaires survenus dans un certain nombre de villes du nord du Soudan, le Parti du congrès national, dirigé par le président Omar al-Bachir, connaît des tensions internes entre ses différents courants (“guerre des mémorandums”), dans un climat marqué par les révolutions arabes.
Le pouvoir soudanais redoute des divisions au sein de l’armée et des services de sécurité, surtout après les critiques adressées publiquement par le général Salah Abdallah, l’ancien homme fort des services de renseigne­ments. L’administration américaine craint que la situation au Soudan ne gêne sa nouvelle stratégie dans la région de l’Afrique de l’est. Une stratégie nouvelle qui s’appuie sur une présence militaire directe dans un certain nombre de pays alliés. Après avoir réalisé un aérodrome pour les avions de combat au nord de l’Ouganda, les Américains ont ainsi envoyé une centaine de conseillers militaires dans le sud du Soudan et le nord de l’Ouganda, pour soutenir la lutte contre l’Armée de libération du seigneur (LRA), qui sème la terreur dans une zone comprise entre le nord de l’Ouganda, le sud-ouest du Soudan, l’est de la RDC et de la République centrafricaine.
Par ailleurs, le commandement américain a établi une base pour les drones dans le sud-ouest de l’Ethiopie, dans le cadre de ses efforts pour combattre les Shabab somaliens. L’armée de l’air américaine doit commencer la construction d’un aérodrome pour avions de transport lourds dans la région kenyane de Dadab.
Rappelons enfin la présence de forces spéciales américaines à Djibouti depuis quelques années. Premier signe de détérioration des relations entre Khartoum et Washington : l’administration américaine a invité les mouvements rebelles du Darfour à se rendre aux Etats-Unis pour des consultations concernant l’opération de paix dans cette région, en contradiction avec l’accord de paix de Doha. A la fin de la semaine dernière, Washington a haussé le ton à l’égard du pouvoir soudanais, pressé de permettre à l’aide humanitaire de parvenir au Kordofan Méridional et au Nil Bleu — ce qu’il s’est refusé à faire jusque-là. Menaçant, sinon, de faire acheminer les secours par le sud du Soudan. D’où un facteur de tensions supplémentaires entre Juba et Khartoum, qui pourrait prendre de nouvelles initiatives militaires... Lire la suite sur TTU.

------

Image/Carte du Soudan : assemblee-nationale.fr

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents