Le site Ndouné

Le site Ndouné

Toute l’actualité en temps réel | Analyses et infos sur l'actualité : Tchad - Afrique - International


Tchad : Harcèlement judiciaire à l’encontre de syndicalistes du l’UST

Publié par Ndouné sur 12 Septembre 2012, 15:20pm

Catégories : #Société

Logo-Fidh.pngL’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme, programme conjoint de la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) et de l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT), vous prie d’intervenir de toute urgence sur la situation suivante au Tchad.
Description de la situation : 

L’Observatoire a été informé par la Ligue tchadienne des droits de l’homme (LTDH) d’actes de harcèlement à l’encontre de membres de l’Union des syndicats du Tchad (UST), dont MM. François DjondangMichel Barka et Younous Mahadjir, respectivement secrétaire général, président et vice-président de l’UST. 

Selon les informations reçues, le 3 septembre 2012, à 20 heures, un représentant du ministre de la Justice s’est rendu au domicile de M. Djondang pour tenter de le convaincre de se rendre au bureau du ministre. Dans l’après-midi du même jour, le procureur de la République avait convoqué M. Djondang par téléphone afin de l’interroger au sujet d’une pétition de l’UST datée du 1er septembre 2012 qui protestait notamment contre « la cherté de la vie » et « la paupérisation de la population », imputées à la mauvaise gestion et la corruption des autorités. 

Le 5 septembre 2012, le Bureau exécutif de l’UST a également reçu une convocation écrite du même procureur de la République visant notamment MM. François Djondang, Michel Barka et Younous Mahadjir, et relative à la pétition mentionnée précédemment. Ils ont été auditionnés par la police puis par le procureur de la République le 10 septembre. Les trois syndicalistes ont ensuite été inculpés pour « incitation à la haine ethnique » et M. François Djondang est en outre accusé de « diffamation ». Ils sont appelés à comparaître le 18 septembre 2012 devant la Chambre correctionnelle de citation directe du Tribunal de première instance de N’Djamena[1]. 

Ces multiples inculpations s’inscrivent dans un climat social particulièrement tendu, l’UST étant également à l’initiative d’une grève réclamant, depuis le 17 août 2012, l’application d’un décret promulgué en novembre 2011 suite à un protocole d’accord portant grilles salariales dans le secteur public, et conclu entre le Gouvernement, l’UST et la Confédération libre des travailleurs du Tchad (CLTT). 

L’Observatoire dénonce vivement les actes de harcèlement et les inculpations à l’encontre des leaders de l’UST, dans la mesure où ils ne semblent viser qu’à les intimider et à sanctionner leurs activités de défense des droits économiques et sociaux, en plus de limiter l’exercice de leur droit à la liberté d’expression. L’Observatoire appelle les autorités tchadiennes à mettre un terme à toute forme de harcèlement judiciaire contre les leaders syndicalistes et, plus généralement, à l’encontre de l’ensemble des défenseurs des droits de l’Homme au Tchad... Lire la suite sur Fidh.org
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents