Le site Ndouné

Le site Ndouné

Toute l’actualité en temps réel | Analyses et infos sur l'actualité : Tchad - Afrique - International


WIKILEAKS sur le Tchad : Entretien entre Idriss Deby et le Général Américain Scott Gration

Publié par Ndouné sur 22 Septembre 2011, 02:15am

Catégories : #Lu pour vous

scootgration-copie-1.jpgLe 16 Février 2010, Deby a reçu le général Scott Gration et des officiels de l'Ambassade américaine pour une large discussion sur les relations entre le Tchad et le Soudan, mais aussi sur la visite à Khartoum d'Idriss Deby. Il exprima clairement que le Soudan, aux termes de l'accord de paix, ne doit plus être dans une position de manager des rebelles opposés au gouvernement tchadien. Dans ce schéma, les rebelles ne peuvent que soit rentré chez eux, soit être réfugiés au Soudan ou choisir un troisième pays. Deby nous a expliqué la mise en place d'une ligne téléphonique d'alerte entre El-Béchir et lui. Cette hotline fonctionnera dès que les rebelles essayeront d'organiser une attaque et ce, des deux côtés de la frontière.

Deby nous a affirmé avoir définitivement rompu avec le MJE et a demandé l'aide des USA pour faire des pressions sur le mouvement des rebelles soudanais (MJE) de façon à le convaincre de se transformer en une entité politique ; c'est la seule solution. Il a exprimé sa satisfaction concernant le non renouvellement du mandat de la Minurcat. Ceci, pour défendre les intérêts tchadiens.

Le général Gration a fait le point sur son futur voyage au Soudan incluant la région sud et a exprimé les inquiétudes américaines concernant le processus du référendum au Sud et les conséquences sur la stabilité de la région. Deby est parfaitement d'accord que le processus politique semble lancé dans le sud-soudan et le temps est arrivé de mettre fin au conflit du Darfour. « J'ai pris la décision de partir le 8 février au Soudan pour donner à mes frères Soudanais une possibilité de sortir de ce conflit, car leur stratégie politique était de chercher à renverser le régime tchadien pour faire une diversion pour détourner l'attention des questions internes du Soudan ». Deby ajouta que son premier message à El-Bechir a été de lui dire que le Tchad et le Soudan ont des intérêts stratégiques communs et qu'il n'y a plus de raison de se faire la guerre. Le Tchad veut la paix et j'ai pris la décision de lâcher le MJE et cela se fera malgré les complications que cela causera dans le clan Zaghawa. Déby a expliqué que ses entretiens à Khartoum se sont bien passés mais encore faut-il que des décisions politiques soient prises pour mettre les rebelles tchadiens hors du territoire soudanais ; lui de son côté, mettra fin au soutient au MJE et il faut que le Soudan respecte sa part de l'accord de paix. A l'heure actuelle, le Soudan n'a pas encore désarmé les rebelles, certains ont simplement bougé du sud vers le nord du Darfour. Il est évident qu'il est très difficile pour le Soudan de les contrôler entièrement et un jour ou l'autre ils attaqueront de nouveau le Tchad. Le Tchad les veut au pays sur la base de l'accord de Syrte. La mise en place du mécanisme d'appel téléphonique direct entre les deux présidents, s'il est respecté, peut être efficace.

Le général Gration souligna que 5 jours seulement séparent la date butoir du 21 février prévu dans l'accord entre le Tchad et le Soudan prévoyant le choix de rentrer chez eux ou d'être réfugiés au Soudan. Deby répond en affirmant que le Tchad va continuer à accueillir ceux qui veulent rentrer au pays surtout ceux qui ont occupé des postes de commandement militaire. Ceux qui veulent partir ailleurs, ils n'ont cas le faire, c'est au Soudan de l'organiser. Une chose est sûre, c'est que si les chefs de la rébellion tchadienne continueront à nous créer des problèmes, Déby réitère sa demande au général Gration de continuer à faire pression sur le Soudan pour que le désarmement des rebelles tchadiens soit réalisé coûte que coûte !

Le général Gration interroge Déby sur la question de savoir si le chef du MJE serait prêt à déposer les armes pour mettre en place un mouvement politique. Je serais prêt à rencontrer Khalil Ibrahim ici à N'djaména. Il serait bon, pour le Tchad dans le cadre de ses efforts de paix avec le Soudan d’organiser une réunion entre Khalil et le conseiller du président soudanais Ghazi Salahaddin. Le général Gration explique à Déby que les nouvelles concernant les activités militaires du MJE font qu’une partie des pays composant la communauté internationale estime que le Tchad est impliqué et que votre régime continue à assister le mouvement rebelle soudanais. Deby s'écria comment est-ce possible ? Depuis 2006, je n'ai pas permis au MJE ni à une autre fraction rebelle de pénétrer dans le territoire tchadien ; je sais qu'ils sont capables de créer de graves problèmes, j'ai désarmé une fraction du MLS à Adré et j'ai remis les armes au Soudan. Je reconnais avoir réellement aidé le MJE après l'attaque de N'djaména. Récemment, nous avons eu un problème suite à un affrontement entre les forces soudanaises et le MJE, des blessés du MJE ont pénétré au Tchad ; j'ai expliqué au président El-Béchir que j'ai refusé que les blessés soient soignés au Tchad sauf un d'entre eux dont la vie ... Lire la suite sur Zoomtchad.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents